Christophe Gazam Betty intervient au Sénat

think-tank-vivre-ensemble

Tentatives de compréhension des facteurs récents de la violence politique en Centrafrique

Les organisations CNRJ et le Vivre Ensemble ont tenu à apporter ce jour un éclairage sur la situation qui prévaut en Centrafrique où si des mesures adaptées et fortes ne venaient pas être au rendez vous de l’histoire, on court le risque de la disparition de ce beau pays en tant que Nation et Etat. Massacres, tueries en tout genre, déplacement et exode en masse des populations, destructions des églises et des mosquées et des édifices publics, pillages systématique deviennent le quotidiens des centrafricaines et ceci se banalise au fur et à mesure que le temps passe. La Centrafrique est dans une situation alarmante..La recherche de la paix permet de faire de ce conflit l’occasion de renforcer la solidarité nationale et à promouvoir le dialogue sociale et la réconciliation nationale

C’est dans cette perspective que la CNRJ et le Vivre Ensemble s’associent pour organiser ce colloque. Mon intervention se limitera à tenter de partager avec vous certains éléments qui pourraient avoir compté énormément dans l’évolution vers le chaos qui secoue ce pays aujourd’hui.

Rappelons nous de ce que André GIDE disait en conclusion de son voyage en 1927 et 1928 je crois « que ce pays ne fait pas l’attention attendue par son importance stratégique de la part déjà de la France pays colonisateur et de la communauté internationale en ces jours sombres.

L’AEF est le nom donné au gouvernement général créé en 1910 regroupant en fédération les quatre territoires français de l’Afrique équatoriale : le Gabon, le Moyen-Congo (aujourd’hui Congo-Brazzaville), l’Oubangui-Chari (aujourd’hui Centrafrique) et le Tchad. Ces pays ont été par ailleurs  » vendus  » pour leur exploitation à de grandes compagnies qui se livrèrent à un véritable pillage des ressources naturelles sur lesquelles elles avaient un monopole. Gide dénonce les exactions de certains de leurs agents. La mission  » civilisatrice  » de la France fut longtemps réduite à l’implantation de postes administratifs, au tracé de quelques routes et à la propagation du christianisme. La colonisation fut vécue comme un véritable traumatisme par les habitants qui, outre le travail forcé et le portage au service des colons, eurent à subir des déplacements de population, la réquisition des hommes pour la construction du chemin de fer Congo-Océan, l’impôt et des enrôlements  » volontaires  » lors des deux guerres mondiales Il décrit avec un luxe de détails le nom des tribus, leurs coutumes vestimentaires ou culturelles (plateaux labiaux), leurs conditions de vie, les noms des plantes, arbres, insectes, animaux qu’il rencontre. Par ailleurs, il évoque minutieusement un certain nombre de situations iniques dues à la colonisation en s’appuyant sur des exemples précis, chiffrés et dont il a pu recueillir un témoignage le plus direct et le plus fiable possible, en particulier pour ce qui concerne la Compagnie Forestière Sangha-Oubangui qui exploite le latex en AEF.

A de nombreuses reprises, il fait référence à d’autres récits de voyages antérieurs au sien ou à des rapports administratifs et semble vouloir vérifier par lui-même tout ce qui a été dit ou écrit sur la région et le retransmettre avec une précision documentaire dans son intégralité. Gide prend très à cœur la mission officielle qui lui a été confiée et les témoignages qu’il recueille, parfois extrêmement cruels et inhumains, ne le laissent pas indifférent. Il nous raconte par exemple l’histoire de dix récolteurs de caoutchouc qui n’avaient pas apportés leur part un mois mais apportèrent une double récolte le mois suivant. Ils furent condamnés à tourner autour de l’usine sous un soleil de plomb en portant des poutres de bois très lourdes. L’un d’eux tomba mort au bout de quelques heures dans  L’indifférence au bout de quelques heures, dans l’indifférence cynique des agents de la Forestière. Les autres continuèrent de tourner toute la journée :

 Il  faut lui reconnaître cependant de montrer pleinement ce qu’était la colonisation française et dans quel état d’esprit elle avait été mise en place et organisée. Gide fais ainsi allusion à des instituteurs qui ne parlaient pas correctement le français ou à d’autres qui renseignaient aux jeunes africains « Nos ancêtres les Gaulois… ». Les autres blancs présents étaient des employés de compagnies ayant un droit d’exploitation sur toutes leurs ressources naturelles, y compris sur eux-mêmes en tant qu’individus corvéables à merci. Personne n’a jamais songé à l’époque à leur demander leur avis sur la manière dont leur pays était régi et le but d’André Gide, avec les meilleures intentions du monde, n’était pas de remettre en cause le colonialisme lui-même mais simplement d’en supprimer les injustices flagrantes et inhumaines perpétrées vis-à-vis des Noirs.

Ce tableau permet déjà de comprendre la forme d’organisation politique sociale et économique qui va très vite engendrer des inégalités et une mauvaise répartition des richesses nationales par une exploitation sauvage et un travail forcé qui l’accompagnait. Comment donc on en est arrivé à cette culture de la violence qui n’était pas une activités des populations autochtones et indigènes qui Oubangui vont devenir centrafricains. Nous pensons avec forte conviction aux conflits tchadiens au nord de notre pays. Combien de tchadiens sérieux ne mettaient en garde les centrafricains il ya une vingtaine d’années de ce qu’une contagion de ce fléaux allait atteindre leur pays.

L’arrivée au pouvoir du Général Président DEBY ITNO a fait basculer en territoire centrafricain l’armée de HISSEN HABRE  avec armes et bagages. Ces hommes vont vite se transformer en « coupeurs de route »  Ainsi va naître le phénomène « Zarguina ».Ni le gouvernement centrafricain de l’époque ni la communauté internationale et encore moins les nouvelles Autorités tchadiennes ne se sont vraiment préoccupés d’y réfléchir et d’y apporter une solution globale et régionale. Les exactions et les rackettes vont s’installer et une nouvelle forme d’activités criminelle va s’amplifier du nord est au nord est du pays

A cela le braconnage à partir du Soudan voisin va s’intensifier. Le gouvernement PATASSE tentera de former des gardes forestiers et des unités de lutte anti-braconnage. Cette initiative va bénéficier du soutien de certains partenaires au développement. On se rendra compte que les critères de recrutement va constituer avec la masse des « Zarguina » le véritable vivier dans lequel toute contestation à caractère politico militaire va puiser ses ressources humaines ayant une expérience dans la manipulation des armes de guerre.

La guerre du DARFOUR a eu des répercutions sur la Centrafrique .Beaucoup d’éléments armés ayant opérés au DARFOUR ont trouvé refuge dans le ventre mou de la Centrafrique pays n’ayant aucune politique intelligente de sécurisation de ses frontières

Recruter ne pose plus de problèmes majeurs à qui veut bien trouver des moyens de pressions fortes ou il faut le dire à une personnalité qui Voudrait s’emparer du pouvoir. Une nouvelle conquête du pouvoir s’installe inaugurer par le Général BOZIZE et ses libérateurs et ensuite suivie par la coalition SELEKA. Aussi ,voilà un pays où tous les anciens Présidents ou leurs enfants se mettent à la candidature présidentielle en étant de surcroît chef de partie politique dont souvent la crédibilité ne serait pas au rendez vous….Voilà un pays où la plus part des Généraux sont candidat et Chefs de parties politiques…Et que dire des ministre des mines qui ayant fait fortune grâce aux permis miniers rêvent eux aussi de candidature et de créer leur partie politique….Et on ajoute les autres. Le pays ne peux que respirer le complot et la déstabilisation avec cette innovation toute centrafricaine et insolite en soi.

La mauvaise répartition des richesses du pays, et la convoitise que cela suscite une immigration incontrôlée avec une frontière poreuse sur des milliers de kilomètres une armée en déliquescence et sous équipée et souvent ridiculisée par Les Présidents  Chef d’Etat.

Une tribalisation et un clientélisme des plus sordides, la brutalité instituée au sommet de l’Etat comme méthode de travail ou de « dialogue », le syndrome sécuritaire prenant le pas sur la volonté de développement, la répression et le pillage à grande échelle des régions par une poignée de « prédateurs » organisée autour du facteur familial, l’absence d’une véritable institutionnalisation du dialogue politique et sociale et le mépris affichée avec ostentation par « la famille », es faisceaux ont fini par donné légitimité et à toute forme de lutte armée.

Que ces organisations politico militaires ont manqué d’encadrement politique et de discipline en devenant des entreprises criminels infiltrées par tous les bandits recherchés dans les pays comme le Tchad et dans la région du DARFOUR eh bien on comprend des lors l’échec  par exemple de la SELEKA une organisation que DJOTODIA  voulait transformer en partie politique et réussir la transition, il a été dépassé lui et ceux qui voulaient la RUPTURE et un nouveau souffle en Centrafrique. Chacun porte une responsabilité collective et aussi personnelle. Qui a fait quoi ?